Contes berbères

 

Cette catégorie permet à chacun de lire des textes recueillis dans des paroles berbères

dont certains ont depuis disparu.

Ils montrents la profonde unité des berbères de boussemghoun,

Dés leur parution, ils ont contribué à élargir le champs de l'identité berbère,

et par leur ancienneté et leur authenticité , ils sont aujourdhui d'un grand intérêt

pour le chercheur comme pour l'amateur de contes et de fables,

Ces textes sont issus de l'oeuvre  de René basset publiés en 1887.

Pour étudier ces textes René basser s'est appuyé sur des informateurs,

en ce qui concerne boussemghoun le principale informateur ce nome Ould Tedjini ,

fils de Caid. René  Basset a pu l'interroger lors de son séjour en prison .En effet Ould Tedjini

avait participé à une révolte contre l'administration coloniale.

 

 

 

 La coline des djinn

 

Il existe un puits au milieu de la colline d'Illa-Illa ou vivent beaucoup de djinns qui tuent ceux

qui y montent .un homme dit aux gens : " Je vous promets d'y montrer, levez vous

et attendrez-moi en bas de la colline jusqu'à ce que je desend ".

Quand il monta, les djinns le saisirent, il demeura étranglé tout en crain :" Il y en a, il y en a

( des démons, en berbère illa, illa )." 

Le trésor de GHOUNJAÏA

 

Un homme vint du Sous à bou semghoun : il emmena deux individus avec lui à ghounjaîa

pour enlever des trésors. Ils prirent avec eux 70 bougies.entrèrent dans la cavarne et y marchèrent

jusqu'à ce que 35 bougies fussent consumées; ils revinrent en brûlant les 35 qui restaient

et sortirent de la cavarne.

 La pierre fondue

 

Un individu de bou semghoun alla à Ouarqa et rapporta une pierre que fit fondre un savant de 

bou semghoun : elle devint du cuivre rouge. Les deux individus qui avaient porté la pierre

moururent , on l'appelait Berchan ( noire ), et celui qui la fit fondre, Dah'man ou Sahhoul. 

 

 L'inscription mystérieuse

 

Une femme habitait autrefois à bou semghoun et possédait beaucoup d'argent. Un roi

en entendit parler et désira vivement s'emparer de sa fortune.Quand cette nouvelle arriva

à la femme, elle enleva ses richesses sur des mules, monta sur le Tameda et cacha ses trésors

en arrivant à la roche de Tira . Elle y écrivit une inscription . Mais nous ne savons ce qu'elle signifie.

 

 Le mari de la fée

 

Un homme appelé Mouley ech Cherif, de la famille des Cheurfa, était maitre d'école et habitait

à bou semghoun. Il alla tout seul à Ourqa pour y enseigner. L'orsqu'il arriva , une source d'eau

chaude s'eleva et il en sortir une fée qui lui dit : "Epouse-moi." Il la prit pour femme et quand

il fut pour repartir, elle quitta la source et le suivit . Elle demeura avec lui comme son épouse

et il en eut deux filles, l'une qu'on appelait Halima; nous ne savons pas le nom de l'autre.

Leur mère mourut et elles restèrent orphelines. Quand leur père s'en alla, elles l'accompagnèrent

et demeurèrent avec lui jusqu'à sa mort.

 

La sage-femme et la fée

 

Une nuit , elle était dans sa maison lorsqu'une fée vint la trouver et lui dit :

" Donne -moi du henné et des parfums, je serai ton amie, Je suis sur le point d'accoucher.

Lorsque le moment de l'enfantement sera arrivé, j'enverrai chez toi mon fils noir ".

Quand elle accoucha, elle envoya son fils sous la forme d'un chat. Il entra de nuit chez

la femme qui dit : " cest le fils de la fée ". Elle se leva, il partit suivi par elle et elle arriva prés

de son amie qui venait de mettre au monde une fille noir.

La fée lui donna de l'argent et elle revint dans sa maison.

 

Le jardin hanté

 

Un homme qui possédait d'argent avait deux filles. Le fils du khalifah du roi demanda l'une

et le fils duqadhi, l'autre, mais leur père ne voulut pas les laisser se marier, bien qu'elles

le désirassent .

Il avait un jardin près de sa maison. Quand il faisait nuit, les jeunes filles s'y rendaient,

les jeunes gens venaient les retrouver et ils passaient le temps à s'entretenir.

Une nuit, leur père les vit : le lendemain matin, il égorgea ses filles, les enterra dans son jardin,

partit pour le pèlerinage.

Cela dura ainsi jusqu'à ce qu'une nuit le fils du qadhi et celui du khalifah disent à un jeune

homme qui savait jouer du luth et du rebab : " viens aves nous dans le jardin de celui qui

ne voulait pas nous donner ses filles en mariage : tu nous joueras de tes instruments .

" Ils convinrent de s'y rencontrer cette nuit-là .Le musicien alla au jardin, mais les deux jeunes

gens ne vinrent pas.

Il demeura à jouer seul, au milieu de la nuit deux lampes apparurent, les deux jeunes filles

sortirent de terre sous les lampes.Elles dirent au musicien :" Nous sommes deux soeurs, filles

du maïtre du jardin; notre père nous à égorgées et nous a enterrées ici : toi, tue notre frère pour

cette nuit-ci, nous te donnerons l'argent que notre père a enfoui dans trois marmites. Creuse ici ",

ajoutèrent-elles.

Il obéit, trouva les trois marmites, les emporta et devint riche, tandis que les deux jeunes filles

retournaient dans leur fosses.

   Le trésor de ' Asla

 La femme et la fée

 Le présent de la fée

Le roi et sa famille

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×