Livre d'or

bouss2-1.gif

81 message(s) dans le livre d'or

safri (site web) Le 15/05/2016

salem mohamed
merci pour l'infos

Mohammed Bachir Maazouz Le 15/05/2016

Salam..suite....cette demande de priere fut acceptée par les autorités françaises . Elle a permis aux algeriens accompagnés d'amis français de s'incliner à la memoire de ceux qui sont morts ou ont vécu le calvaire de la déportation vers Cayenne et la nouvelle caledonie. Ont effectué cette priere ou sourate El feth a été lue sous la direction d'imams de mostaganem : les ressortissants algériens de la circonscription consulaire de nice, m. Boutaleb président de l'association emir abdelkader, cheikh bentounes président de la zaouia alaouia, le maire adjoint de Cannes , Bruno Étienne historien et la chaîne Arte qui a assuré la couverture médiatique.

Mohammed Bachir Maazouz Le 15/05/2016

Salam...je vous informe qu une priere a été exaucée le 26 juin 2003 par les ressortissants algériens de la region de nice accompagnés de français et d autres personnalités , sous ma conduite , à la memoire des chahid et des déportés dont le semghouni tejini benkhettou au cimetière de l île sainte marguerite-cannes (ci-joint photo).

nehili Le 25/05/2015

الشهيد بن معمرلحبيب
20 mai 2015, 22:57

الشهيد بن معمرلحبيب.

نحيلي مصطفى.المشرية/الجزائر





الشهيد بن معمر لحبيب ابن بن معمرالبشير وعز الدين رقية من مواليد سنة 1928 ببوسمغون(ولاية البيض).

نشأ ودرس بهذه البلدة الطيبة التي أنجبت أبطالا كبارا كالشهيــد بـــــن مصطفى الطاهر(الطاهر زورو)،بن دحو الطاهر(علال)، تبون بلقاسم (أطال الله في عمره)...

في سنة 1948،شارك في حرب الهند الصينية (اندوشين) أين إكتسب خبرة كبيرة في الحرب وكيفية استعمال الأسلحة الشيء الذي ساعده في محاربة الإستعمارالفرنسي.

التحق بصفوف جيش التحريرالوطني في سنة 1956 أين أصبح قائدا محنكا وعنصرا فعالا في صفوف "كمندوس القعدة".

توفي رحمة الله عليه في سنة 1958 بجبل المالحة وهومدفون حاليا بمقبرة الشهداء بمدينة المشرية (ولاية النعامة).

Nehili Le 14/10/2014

Qui a dit que la baraka n'existait pas?
12 octobre 2014, 09:52

L'histoire que je vais vous relater est une histoire vraie.

Elle s'est passée en 1932 ,au mois de Mai ,à Méchéria(wilaya de Naama).

Les 4 frères Zoudji (Bachir,Mohamed El Kébir,Mohamed Esseghir,Ahmed) surnommés les quatre autodidactes par feu Békri Si Mohamed El Kébir,reçurent leurs oncles maternels au niveau de leur demeure où ils leur offrirent un modeste repas composé d'un plat de couscous suivi de dattes de Boussemghoun et d'un broc de petit lait.

Juste après le thé,la nièce des 2 invités Azzeddine Talia surnommée Tata Hadj apostropha ses deux oncles et leur tint ce langage:

-"La récolte des fèves est compromise et cela par manque d'eau.Etant donné que vous êtes des gens pieux,de descendance noble et très respectés par tout le monde,implorez-nous le tout puissant pour qu'il nous donne la pluie nécessaire pour irriguer nos fèves".

Les deux visiteurs se regardèrent furtivement et c'est finalement Si Bouziane Benmammar ,un descendant de Sidi Mammar Bénalia,qui se chargea de cette mission.

Il était vieux et chauve;il avait une barbe blanche bien entretenue.

Il enleva son turban,se dirigea vers le jardin qui était mitoyen à la maison et commença à implorer le créateur de tout l'univers en pleurant,en gesticulant et en utilisant une terminologie propre à l'évènement.

Cinq minutes après,un nuage se forma au dessus du jardin et la pluie commença à tomber abondamment.

La récolte fut sauvée in extremis et tout le monde était content.

Baraka?Karama?

Dieu seul le sait.

Source:

Sidi Ali Azzeddine(frère de Hamou Hadj),Zoudji Ahmed et Zoudji Hamou Tahar(fils de Sidi Mohamed Esseghir Zoudji).

Ellénore Le 21/03/2014

Bonjour,
je suis intéressée par Boussemghoun. Quels sont les moyens de loger là-bas? Hôtels? Restaurants? Maisons à louer?
Merci de vos réponses!
Ellénore

Guairaume (site web) Le 19/03/2014

Une ville magnifique pour laquelle il faudrait faire encore plus de publicité !
Je vous souhaite une bonne continuation, vous faites une excellent boulot quoi qu'il en soit !

bendahou abdelkader (site web) Le 21/12/2013

assalam allaykoum : ya ahlina fi boussemghoun: j"ai visité la région moi et mes enfants ,c'était formidable ,je remerçie mes cousins ,et pour l'accueil chaleureux qu'ils m'ont réservés;achour mahmoud,et sa famille ,zoudji mohamed et sa famille,sans oublier aucuns;et mesbah tahar ,et figuigui abderrahmane,un grand salam aussi pour tout les gens de boussemghoun,c"est une ville très propre qui demande de la contunuité et préservation point de vue religion ;j"ai pris plus de quatre cent photos,;assalam allaykoum

nehili (site web) Le 09/11/2013

Settaf,le fils du tailleur.
29 octobre 2013, 15:12

Settaf,le fils du tailleur. 29 octobre 2013, 09:20

Je me souviens,comme si cela datait d'hier,de mon entrée à l'école.

Un matin,mon père arriva de sa petite boutique qui se trouvait au centre-ville .C'est là-bas où il gagnait sa vie en cousant des djellabas,des burnous ,des costumes arabes et même européens,des "boubous"...

Sa machine à coudre,de marque "Cornely" ,lui était toujours fidèle:jamais au grand jamais,elle ne tomba en panne.Néanmoins,il changeait les "charbons"du moteur qui s'usaient à force d'être trop sollicités.

En arrivant à la maison ce jour-là,il avait un air mystérieux.J'étais dans la rue avec mes amis Larbi,Omar,Ahmed,,Habib,Aziz en train de disputer une partie de foot-ball .Ma mère était à la maison.Elle préparait le déjeûner qui se composait ordinairement d'un couscous comme entrée suivi de dattes succulentes de Boussemghoun et d'un broc de petit-lait(lben).

Lorsque mon père parlait,tout le monde l'écoutait attentivement:mon oncle Hamou,sa femme Halima,ma grand-mère Mama,ma soeur Ftima.

Il intima l'ordre à ma mère de me "préparer".

Il était autoritaire et tout le monde le craignait et le respectait.D'ailleurs,il avait un gabarit impressionnant,des épaules larges identiques à celles d'un lutteur de lutte gréco-romaine et il chaussait du"45".

Ce fut un personnage instruit :il connaissait la langue de Molière et celle d'El Djahid;il était très pieux et psalmodiait le Saint Coran.

Je fus "lavé" rapidement et une heure après,j'étais dans la vaste cour de l'école toute grouillante d'élèves et tenez-vous bien,tiré à quatre épingles.

Pour moi ,l'école était un univers inconnu car le seul endroit du savoir que je fréquentais c'était l'école coranique où l'on apprenait le Saint Coran;la grammaire ,la conjugaison de la langue arabe dispensés par un "taleb"(des méthodes archaiques étaient employées pour ce genre d'enseignement).

Donc,je ne dus rejoindre l'école qu'au mois d'octobre de l'année 1958 avec un retard de deux années et cela suite à l'emprisonnement de mon père pour une affaire de médicaments qu"il devait envoyer au maquis.La mèche a été

vendue par un indicateur(bayaa ou collabo).

Je ne veux pas évoquer les atrocités qu"a subies le paternel par les tortionnaires du 2eme bureau.Il a failli laisser sa peau si ce ne fut la reconnaissance des faits par un autre prisonnier sous la torture.

Le retard que j'ai évoqué précédemment pour mon inscription à l'école incombe au directeur un certain Martinez qui a refusé de m'inscrire pour la simple raison que mon père était un "fellaga"et qu'il était en prison.D'ailleurs, il ne s'est pas gêné de le dire à ma mère qui a encaissé en toute amertume et sans mot dire.

C'est en Octobre 1958 que je fis connaissance avec l'école.Certains de nos camarades pleuraient à chaudes larmes:ils ne voulaient pas rejoindre ce nouvel univers.Par contre ,moi je restais de marbre.

Le premier instituteur à qui on a eu affaire s'appelait Mr Seban et était juif.Il était beau,élégant et portait une moustache drue et bien taillée.C'est lui qui s'occupait de notre initiation.D'ailleurs la classe s'appelait leCI (cours d'initiation).On fit connaissance avec la lecture:il nous apprit le b et a ba de cette discipline .Avec un matériel simple,il nous initia au calcul

A l'aide d'un carnet ,d"un crayon,d'une plume "sergent major"et d'une gomme;il nous fit découvrir le monde merveilleux de l'écriture.

Au CP,on a eu comme maître Mr Abderrazak un ancien instituteur algérien chevronné et accomplissant convenablement son métier.

Pour les autres cours,on a eu comme enseignants Mme Gavier,Mr Bonnet,Mr Logier,Mr Mouffok Abdelkader.

Settaf a su saisir la chance que lui offrit l'école pour sortir de sa situation piteuse(misérable)

En 1964,il réussit le concours d'entrée à l'Ecole Normale et quatre années plus tard,il devint à son tour instituteur et cela grâce à son assiduité et aux sacrifices consentis par sa famille et surtout son père.

Mécheria le 21/10/2013 à 00h36mn

29 octobre 2013, 09:20

Je me souviens,comme si cela datait d'hier,de mon entrée à l'école.

Un matin,mon père arriva de sa petite boutique qui se trouvait au centre-ville .C'est là-bas où il gagnait sa vie en cousant des djellabas,des burnous ,des costumes arabes et même européens,des "boubous"...

Sa machine à coudre,de marque "Cornely" ,lui était toujours fidèle:jamais au grand jamais,elle ne tomba en panne.Néanmoins,il changeait les "charbons"du moteur qui s'usaient à force d'être trop sollicités.

En arrivant à la maison ce jour-là,il avait un air mystérieux.J'étais dans la rue avec mes amis Larbi,Omar,Ahmed,,Habib,Aziz en train de disputer une partie de foot-ball .Ma mère était à la maison.Elle préparait le déjeûner qui se composait ordinairement d'un couscous comme entrée suivi de dattes succulentes de Boussemghoun et d'un broc de petit-lait(lben).

Lorsque mon père parlait,tout le monde l'écoutait attentivement:mon oncle Hamou,sa femme Halima,ma grand-mère Mama,ma soeur Ftima.

Il intima l'ordre à ma mère de me "préparer".

Il était autoritaire et tout le monde le craignait et le respectait.D'ailleurs,il avait un gabarit impressionnant,des épaules larges identiques à celles d'un lutteur de lutte gréco-romaine et il chaussait du"45".

Ce fut un personnage instruit :il connaissait la langue de Molière et celle d'El Djahid;il était très pieux et psalmodiait le Saint Coran.

Je fus "lavé" rapidement et une heure après,j'étais dans la vaste cour de l'école toute grouillante d'élèves et tenez-vous bien,tiré à quatre épingles.

Pour moi ,l'école était un univers inconnu car le seul endroit du savoir que je fréquentais c'était l'école coranique où l'on apprenait le Saint Coran;la grammaire ,la conjugaison de la langue arabe dispensés par un "taleb"(des méthodes archaiques étaient employées pour ce genre d'enseignement).

Donc,je ne dus rejoindre l'école qu'au mois d'octobre de l'année 1958 avec un retard de deux années et cela suite à l'emprisonnement de mon père pour une affaire de médicaments qu"il devait envoyer au maquis.La mèche a été

vendue par un indicateur(bayaa ou collabo).

Je ne veux pas évoquer les atrocités qu"a subies le paternel par les tortionnaires du 2eme bureau.Il a failli laisser sa peau si ce ne fut la reconnaissance des faits par un autre prisonnier sous la torture.

Le retard que j'ai évoqué précédemment pour mon inscription à l'école incombe au directeur un certain Martinez qui a refusé de m'inscrire pour la simple raison que mon père était un "fellaga"et qu'il était en prison.D'ailleurs, il ne s'est pas gêné de le dire à ma mère qui a encaissé en toute amertume et sans mot dire.

C'est en Octobre 1958 que je fis connaissance avec l'école.Certains de nos camarades pleuraient à chaudes larmes:ils ne voulaient pas rejoindre ce nouvel univers.Par contre ,moi je restais de marbre.

Le premier instituteur à qui on a eu affaire s'appelait Mr Seban et était juif.Il était beau,élégant et portait une moustache drue et bien taillée.C'est lui qui s'occupait de notre initiation.D'ailleurs la classe s'appelait leCI (cours d'initiation).On fit connaissance avec la lecture:il nous apprit le b et a ba de cette discipline .Avec un matériel simple,il nous initia au calcul

A l'aide d'un carnet ,d"un crayon,d'une plume "sergent major"et d'une gomme;il nous fit découvrir le monde merveilleux de l'écriture.

Au CP,on a eu comme maître Mr Abderrazak un ancien instituteur algérien chevronné et accomplissant convenablement son métier.

Pour les autres cours,on a eu comme enseignants Mme Gavier,Mr Bonnet,Mr Logier,Mr Mouffok Abdelkader.

Settaf a su saisir la chance que lui offrit l'école pour sortir de sa situation piteuse(misérable)

En 1964,il réussit le concours d'entrée à l'Ecole Normale et quatre années plus tard,il devint à son tour instituteur et cela grâce à son assiduité et aux sacrifices consentis par sa famille et surtout son père.

Mécheria le 21/10/2013 à 00h36mn

nehili Le 08/09/2013

Prière ajouter les noms suivants dans la rubrique des martyrs:
-Benmostefa Tahar dit Zorro(1930-1959 dcd à Djebel Morghad)
-Bendahou Tahar dit Allal
-Zoudji Bachir Ould BOULAKHDAR
-ZOUDJI TAHAR Ould Boulakhdar

nehili (site web) Le 08/08/2013

"Un homme sans souvenirs est un homme perdu"(Armand Salacrou).Moi je dirais une ville sans souvenirs est une ville perdue.Je m'explique:en parcourant les différents sites qui "parlent" de Boussemghoun,j'ai remarqué une chose:les vieux sont absents de vos écrits, de vos vidéos et je dirais même qu'ils sont marginalisés.Pour moi,ils représentent la mémoire d'une ville.De ce fait,faites -les sortir del'anonymat,soutirez leur des histoires,des anectodes,des évènements ayant un rapport avec la ville,associez-les aux décisions concernant leur cité.

MAZIGH Le 24/07/2013

Salut tous le monde et merci de vos témoignages donnés sur notre superbe et cher beau village " BOUSSEMGHOUN ".
Un remarque à Mr Safri : beaucoup d'intervenants demandent des précisions sur notre village parce qu'ils sont curieux de mieux savoir ce paradis féerique des Monts des Ksours. Alors, pourquoi vous ne leur répondez pas ? Si vous me permettez de me charger de répondre à certains d'entre eux.
En lisant les témoignages de certains intervenants, j'ai jugé très utile de leur répondre :
1 - Pour Mohand posté le 22.04.2010, qui demande si à ce jour on parle Tamazight et qui sont les habitants de Boussemghoun. Pour ce qui est de la langue tamazight, elle est parlée à 99,99% par les Semghounis et une petite minorité de la population ne la parle pas malgré leur séjour parmi nous et l'intégration de leurs enfants dans la société amazigh et qui l'utilise tamazight couramment. Cette minorité appartient soit aux Ouled Ben Djelloul ou Médjadba ou Kerarcha (bédoins). Il faur savoir que Boussemghoun est le seul village dans la région où tamazight demeure la première langue parlée des grands et petits car elle a perdu sa place dans les Ksours avoisinants à savoir Chellala, Asla, Moghrar, Sfisifa et Tiout où est parlé que par les vieux et certains personnes de plus de 40 ans. Une autre remarque est à signaler c'est que mème les personnes qui viennent habiter ou séjourner à Boussemghoun lors de leur court séjour de travail trouvent des difficultés avec leurs enfants qui s'adaptent facilement au milieu amazigh et qui le quittent avec le soucis de trouver un traducteur puisque leurs petits perdent leur langue maternelle qui est l'arabe en échange avec tamazight. Pour finir, Boussemghoun parle toujours sa langue et la défend devant honnètement.
2 - Pour Hssina de ICH et amarahas de Figuig du Maroc, nous sommes heureux de lire vos témoignages et soyez les bienvenus chez nous parce qu'il y a une grande relation entre les familles des deux cotés. Mème chez nous les grands nous parlent de l'histoire commune. Nous souhaitons qu'un jour les frontières s'ouvriront pour échanger les visites car beaucoup de familles de Boussemghoun ont des liens de parentés avec des familles surtout à Figuig.
3- Je m'adresse à Lucien ex.infirmer à Boussemghoun pendant le colonialisme
français afin qu'il nous donne des témoignages ou des photos pour enrichir notre album de souvenirs de notre village avant 1962.
4- Je m'adresse aussi Mr.Gragnic pour lui dire que le récit qui parle de Boussemghoun est signé André Henri dans le journal de route intitulé " Ain Séfra... La perle du désert " que vous pouvez consulter sur son blog. C'est très intéressant comme document à lire. C'est un souvenir d'un ancien soldat qui a vécu entre 1959 et 1961 à Noukhila, une ancienne caserne à quelques 20 kilomètres de Boussemghoun.
5 - Je m 'adresse aussi à Mr.Régis Micault qui dit connaitre l'histoire de l'hélicoptère abattu au Djebel Taméda en 1960. Je voudrais des précisions sur le sujet puisque je m'intéresse à l'écriture de l'histoire de mon village. Je dois vous dire que les restes de l'appareil battu a été récupéré ces derniers temps après avoir été désossé, seule une photo prise sur le lieu reste comme témoignage. Alors n'hésitez pas à nous aider à faire la collecte des photos et de nous les faire passer dans le blog cité plus haut. Merci.
6- Pour Majdoub qui demande des renseignements sur un certain Tahar. Comme je suis originaire et natif de Boussemghoun et connaissant très bien l'établissement, cet enseignant ne fait plus parti du personnel du dit collège et peut-étre il exerce avoisinant au Lycée Sidi Ahmed Tidjani que vous pouvez contacter soit par courrier ou par internet.

Enfin, je remercie une autre fois toutes les personnes qui ont eu l'amabilité de visiter notre aimable village et d'y témoigner de leur passage. Nous souhaitons à tous les visiteurs un accueil chaleureux et un couscous d'antan. Merci.

sahara Le 14/07/2013

bonjour
je voudrais entrer en contact avec l'intervenant " mazigh " avec qui j'ai eu quelques échanges sur un autre site
la dite personne pourrait me contacter à travers mon propre site :
http://steppe.doomby.com
( site consacré à la wilaya d'El bayadh )
Saha ramdhan à tous les Smaghna

Régis MICAULT (site web) Le 17/03/2013

Pour M. Michel COUTHURES ex pilote hélico 32 F. EV officier de transmissions (non fusilier marin) du GROUCO à Boussemghoun début octobre 1960 : L'officier que vous avez "récupéré" ne pouvait être que le LV Scheidauer, Cdt le Cdo JAUBERT et j'ai lu avec beaucoup d'émotion son sauvetage ... malheureusement le pauvre n'a pas survécu, c'est OFFICIEL. Désolé de gâcher le souvenir que vous en avez .J'étais aussi à Thierville fin déc. lorsque hélico canon abattu ...
Cordialement.

MAZIGH Le 15/03/2013

Salut Guénael GRAGNIC. Puisque votre père était dans la région, je suis heureux de vous connaitre afin de m'aider à trouver des photos de l'époque car je fais la collection d'anciennes photos avant l'indépendance. Si vous pouvez m'aider, je vous donne mes coordonnées la prochaine fois. Merci pour votre humble passage dans le site et ce témoignage.

ADJUDANT-CHEF Le 08/02/2013

Monsieur,

Je soussigné, ADJUDANT-CHEF DE LA GENDARMERIE, en activité à Oran sans toutefois vous communiquer où j'exerce, j'ai l'honneur de porter les précisions suivantes:

Le sieur: HAOUCHE Bénalia, né en 1982 à DJELFA a effectivement épousé Madame: MISSOUM ATTAOUIA, devant un groupe de musulmans y compris l'Imam, et de ce mariage est issu une fille prénomée: FAIZA FATIMA ZOHRA, née le 12/04/2011 à ORAN - cependant le père HAOUCHE BENALIA, a refusé de faire sa délclaration de paternité et refuse toujours que cet enfant l'appelle PAPA, son épouse a alors sollicité les autorités concernées aux fins qu'une analyse d'ADN soit effectuée, une prise de sang a été effectuée sur la mère et son enfant alors que la prise de sang concernant le père de l'enfant - les services concernés ont tout MANIGANCE en présentant au laboratoire une autre personne (darki) dont je connais son nom - raison pour laquelle les résulatats ont été négatifs.
Je vous demande de bien vouloir DEPECHER une commission sur les lieux afin que les analyses soient refaites en présence bien sûr de l'Epoux, l'Epouse et l'Enfant, Monsieur HAOUCHE BENALIA, est en fonction à la Brigade de gendarmerie de BOUSSEMGHOUN dans la Wilaya d'El Bayadh, l'Epouse MISSOUM ATTAOUIA a été victime d'injustice et de mépris.

Mes salutations les meileures.

UN ANCIEN DARKI

MADAME MISSOUM ATTAOUIA BENT LARABI
RUE TAHRI MEBAREK
LAMTAR CP 22360
WILAYA DE SIDI BEL ABBES - ALGERIE -

Benmammar m Le 10/01/2013

J ai ete tres fier aujourdhui en lisant le quotidien d oran a propos de la proprete de Boussemghoun et sa Population.L article a meme dit que c est peut etre la ville la plus propre du pays.Merci a tout le monde continuer et salutations a tous les semghounis

Mr safri (site web) Le 05/11/2012

bonjour cher ziane Mohamed
ce que vous cherchez j'en ai parlé dans mon site à la rubrique " Mémoire " Récit le 12 déc 1956
merci.

ZIANE MOHAMMED FILS DE ABDERRAMANE ET NEUVOEUX DU KAIDE DE BOUSSEMGHOUNE BACHIR BEN MOHAMMED (site web) Le 05/11/2012

Salut a toute et tous qui ont visiter ce site ainssi j'aurais bien aimé qu' on parle dans ce site de la soufrance sibit par la population de ce villege pondant la periode coloniale et surtous en 1956 l'orsque tous le village c enfuit au djebel BRAME et vers le sens oposé et de se qui est passé reelement en suite pour ce ne le savent pas seront plus fierre de leur origine et de leur arriere parants car cet soufrance ne doit pas passer sous sillence en de ne laissé jamais la vois a ceux qui ne merrittent pas de sautés devant son etre autorisé et enfin pour les habitants de bousemghoun je vous consseillent de bien bon prende soin du village car nous l'aiment tres fort en meme temp que vous merci

MAZIGH (site web) Le 05/10/2012

Salut Hamid. Vous faites du beau travail pour faire reconnaitre notre village qui demeure le plus ancien de la région des monts des Ksour.
Parmi les photos publiées, vous avez fait passer une photo de AIN-SEFRA ( Souk avec des anes... ), je crois par négligeance car les Séfriouis peuvent vlte la reconnaitre et réclamer d'ètre supprimée. Il s'agit d'une photo prise à l'ancien Souk hebdomadaire, avec à l'arrière-plan des maisons couvertes de tuiles ce qui n'est pas le cas des maisons à BOUSSEMGHOUN sauf l'école coloniale de TAKWIRT à coté de votre maison familiale, et à l'avant-plan un édifice où le feu TABOU préparait du thé et des beignets aux marchands et visiteurs du Souk. Donc, elle n'a rien à voir avec les photos de notre village. Je ne sais pas pourquoi vous n'avez pas remarqué celà puisque vous ètes natif d'Agharm.
Alors, supprimez-la pour ne pas tromper les visiteurs de votre site. Merci.

oussama (site web) Le 18/09/2012

waOoOoO FoR BeZzAf

nehili Le 17/09/2012

je suis un semghouni de pere et de mere et fier de ses origines et de la ville qui a vu naitre mes ancetres qui est Boussemghoune.Secondo je veux attirer l attention du createur du site que la rubrique Chouhadas est incomplete et que vous avez omis pas mal de martyrs.A titre d exemple Benmammar Lehbib qui est ne a Boussemghoune en 1928 et decede en 1958.Il a fait la guerre dIndochine et est monte au maquis en 1956.

Abbad Mahieddine Le 15/09/2012

Salut Mr Safri A , je vs remercie bcp pr ce joli travail , qui reflete tres bien la ville de Boussemghoun ds ts les domaines ( social , religieux ....)
Mais j'aimerais bien savoir une chose , vs avez mentionné ds la rubrique Histoire de Boussemghoun , qu'elle etait composée de sept Ksar qui ont donnés des tribus , or ds ces derniers ne figure ni les ouled brahim ( les abbad actuellement) ni les djebbar ( djebbari) , si vs pouviez seulement preciser ce point svp , et merci bcp d'avance et bon courage .

belhachemi souad Le 07/09/2012

j'ai eté à boussemghoune au printemps 2012 c vraiment un endroit paisible formidable il lui manque des cafétérias et des réstaurants ,un peu de pub et il devient un endroit touristique ! ah j'ai oublié je suis de boussemghoune salut.

Noureddine Le 05/08/2012

Attention à la bête immonde qu'est le tourisme car comme vous pouvez le savoir dès qu'un lieu devient une attraction bonjour les dégâts.
Le tourisme pollue et tue là où il passe .
Préservez votre charmante cité .
Je connais votre cité depuis les années 80 et je m'y rendais souvent en mission de travail , je voudrais par ce message passer un grand bonjour à Monsieur Abbad Abderrahmane ( ex receveur de poste ) que je n'ai pas revu depuis belle lurette et j'ai toujours en mémoire la grande gassaâ de couscous "miam"
Un ami d'El bayadh.
Amitiés à vous et à Ness Boussemghoun ettayibine tous aussi généreux
Saha ftourkoum

bouddou mohammed Le 22/05/2012

bonjour et bravo.je suis un des descendant des 7 tribus de boussemghoun et je garde toujours le nom .votre travail me donne l'envie de creer une association qui nous permettra de nous réunir dans ce lieu ou je me ressource dès que j'ai le temps malgré la distance .bravo.a bientôt

ALLALI Mohammed (site web) Le 17/05/2012

slt tous le monde , en 2010 j'ai visité tous les poles touristiques du MAROC ,maracech ,raba, fas....., j'ai constaté que la seulle déférence entre les trois grande ville touristiques au monde et boussemghoune s'est uniquement la présenchagre l'hybergement les hotels , boussemghoune elle est mieu que TAGHIT elle a des memes caracteres que la ville de FES MAROC alors bien venus chez nous les boussemghouniens , merci

sam Le 06/05/2012

Bonjour

Felicitations pour votre site... je cherchais des lieux insolites à decouvrir et je suis tombé sur votre site...
De quelle ville la plus proche ayant un hotel peut on venir y passer la journée?
car je penses vraiment m'y rendre...
bonne continuation

yur Le 30/04/2012

La ville de Boussemghoune a éveillé en moi une sensation de bonheur immense :j'étais émerveillée tant par la beauté de la nature et du ksar que par l'accueil chaleureux de ses habitants ( c'était en juin 2011,en promenade en voiture que le hasard nous a guidé sur ces lieux féeriques !! ) Vous ne doutez surement pas que ce qui vient après une visite pareille c'est le reve de la revisiter ( Reve exhaussé en février 2012 , par une trés belle journée de Neige sur Boussemghoune ) et vous ne doutez surement pas que le meme reve continue...

no pyérdasse Le 07/03/2012

chokraan

Écrire un message sur le livre d'or

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site